Terre des fleurs

Que restera-t-il de mon corps en ruine
Lorsque la terre aura recouvert mes yeux en fleurs
Lorsque le soleil aura séché les larmes de ma vie
Lorsque mes mains auront perdu le pouvoir de l’univers
Que restera-t-il de mon corps en ruine,
Que restera-t-il?

Que restera-t-il de mon coeur en souffrance,
Fondra-t-il, s’envolera-t-il avec l’oiseau qui joue gaiement
Aux pieds des morts où la vie ensevelie
Crée la vie à l’autre bout du monde.
Que restera-t-il?
Que restera-t-il?

Que restera-t-il des graines en dormance
Qui habitent mon ventre depuis la naissance de l’univers
Sauront-elles éclore à travers ce corps retournant à la terre,
Sauront-elles aimer comme j’ai aimé la vie?
Que restera-t-il?
Dieu, que restera-t-il?

Poussière dans le vent d’un printemps,
J’ai cligné des yeux et le monde est disparu.
Ai-je eu le temps de le voir,
Du moins c’est l’illusion que j’habite
en cet après-midi d’automne
Au sud de l’Équateur
Sous le soleil qui fait pousser les fleurs
Sur les tombes de ceux qui ont quitté
Le monde d’où j’écris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s